La crise du logement en Californie

Attention, cet article contient plein de guillemets. On va parler argent, money money #Trumpway.

On a donc eu la « riche » idée de déménager pour aller habiter en Californie, à Santa Cruz.

Santa Cruz, c’est une « petite » station balnéaire un « peu » au sud de San Francisco.

Là bas, en terme d’ambiance de logement, c’est assez particulier.

C’est la crise, comme qui dirait.

Les logements se divisent en trois types :

– les « vieilles » maisons (1900, style victoriennes) avec plusieurs chambres, parfois un jardin proportionnel à la taille de la maison.

Résultats de recherche d'images pour « victorian house santa cruz »

– les villas ou grosses maisons modernes, pareillement à au-dessus, possédant un espace extérieur.

Résultats de recherche d'images pour « house santa cruz »

– les résidences / immeubles « récents » divisés en studios (en fait c’est plus ou moins récent). Selon le prestige, vous pouvez trouver dedans des espaces communs comme : une laverie-blanchisserie, une salle tv, une salle de sport, une piscine, un sauna, une bibliothèque, voire, rien.

Résultats de recherche d'images pour « residence studios santa cruz »
Ca c’est chez nous à partir de mardi 🙂

Toutes ces possibilités sont déclinées en trois versions : neuf, taudis, semi-taudis.

La principauté a décidé que pour le bien de la réputation de la ville, les SDF seraient chassés hors du territoire. SDF, mais aussi hippies et backpackers (voyageurs sac à dos). Il y a donc à SC (pour les intimes) plus de 1600 personnes à la rue. (des sources ici http://www.santacruzsentinel.com/article/NE/20151120/NEWS/151129962 ). A priori ça a pas mal marché, puisqu’un tas de SDF a miraculeusement disparu depuis ces dernières années.

On vous reparlera aussi des conditions d’emploi et de pauvreté dans le coin un de ces quatre.

Les complexes hôteliers construisent à foison (on vous a dit, ville balnéaire) mais pas de logements (encore moins sociaux) à l’horizon.

L’université a un tas d’étudiants, américains et étrangers. Il faut bien loger ce monde. Les étudiants sont riches, c’est connu, d’autant plus que les études ici sont gratuites (non).

Pour vous donner une idée de combien les gens sont payés par ici :

Et les loyers moyens, ressemblent à ça :

En bonne intelligence, nous avons commencé nos démarches pour chercher un logement en juin / juillet.

Pire période de l’année, puisqu’il faut compter sur en plus du marché habituel, les vacanciers estivaux. Les prix montent, drastiquement.

Les logements étant rares et chers donc, les étudiants louent en général une chambre à au moins 2 personnes (en comptant a minima 600 $ chacun). Ils sous-louent leurs logements l’été, puisqu’en général ils rentrent (ceux qui le peuvent) chez leurs familles (ou assimilées).

Des logements habituellement vacants se trouvent indisponibles à cette période, étant loués à la semaine. On vous a pas encore dit, mais les prix varient selon qu’on parle du weekend ou de la semaine, en plus des variations saisonnières.

Pour vous loger, il faut compter :

– 3 mois de réservation (au moins) à l’avance si vous voulez être dans un camping. Le plus proche est à SC, en privé. Le parc national le plus proche nécessite d’avoir une voiture. Mais vous êtes vraiment pas surs d’avoir un emplacement. On parle ici de 10 $ (pour un camping sans eau, sans électricité, avec des toilettes sèches, mais il y en a peu aux environs de SC) à 75 $ selon l’emplacement que vous trouvez. Difficile de savoir dans les campings privés, on a l’impression que c’est un peu à la tête du client.

– de 90 $ à 400 $ la nuit pour un AirBNB (et vous y prendre beaucoup à l’avance). On parle là d’une chambre. Pour un logement entier, il faudra passer la barre des 200 $. Et vous attendre à avoir des propositions comme « 65 $ la nuit pour un bout de mon jardin à 8 km de SC, sans toilettes ni cuisine ».

– un minimum de 100 $ la nuit dans des motels miteux (attention, si on vous propose le petit déj inclus, on parle en fait d’un distributeur de jus d’orange et/ou de café).

– une 30 taine de $ pour l’unique auberge de jeunesse de SC. Malheureusement pas très grande, avec peu de place si vous voulez une chambre. Et il faut réserver longtemps à l’avance. De plus, ils ont peur d’avoir trop d’étudiants / employés / drogués, et ont donc une politique de « pas plus de 4 nuits d’affilées » « pas plus de 14 nuits par an » et « on ferme de 11h à 17h tous les jours, tout le monde dehors ».

Vous pouvez aussi tenter le couchsurfing (mais sans grande conviction).

On a du coup décidé, en attendant d’avoir notre appart (on vous en reparlera) de voyager un peu, attendant qu’Antoine commençait pas à travailler tout de suite. Dix jours de promenade dans l’arrière pays Californien. Mais ça, ce sera pour une prochaine fois 🙂

2 commentaires

  1. paP

    Un 2ème article plus technique que le 1er.
    Idéal pour les voyageurs potentiels.
    Dommage que l’on ne voit pas les posts des autres internautes…

    En découvrant ce blog, je voudrais pousser un cri :
    Aaaaaaaaaaaaaaaaah !
    Moustache a largement mérité la promotion au grade de Doc Moustache.
    (Prof Moustache, c’est déjà pris)
    Mais que de mises à jour à effectuer…

    Goude leuque

    • moustachette Auteur de l’article

      qui sont les autres internautes ? 🙂
      et nous n’avons pas compris : de quelles mises à jour parles-tu ? Pourquoi le grand cri ?

Laisser un commentaire