First Glimpse of Santa Cruz

Fraîchement arrivés en Amérique, nous avons décidé d’aller faire un tour dans notre nouveau domaine, Santa Cruz.

Santa Cruz est une ville en bord de mer. Wikipédia nous dit 62 864 hab en 2003 (mais ça, c’est peut être sans compter les SDF partout en ville). [pour vous faire une idée, Communay c’est 4 179 habitants, et Montluçon 37 289]

Réputée ville du surf (et du kayak… voire les infos récentes ici http://losangeles.cbslocal.com/2017/07/12/shark-bites-kayak/ ) elle est située sur une faille volcanique qui la prédispose à des séismes… tout relatifs, puisque le dernier qui a causé des dommages remonte à 1989.

On se situe au sud de San Francisco, la grosse ville la plus proche étant San José. La ville est relativement bien côtée en terme de popularité, mérite imputable en partie à l’Université qui a bonne réputation. Ville estivale presque toute l’année, elle est aussi dotée d’un parc d’attraction en bord d’océan.

Nous on habite derrière le grand 8.

Comme partout aux USA, le territoire a été volé aux tribus indiennes indigènes. Vous pouvez retrouver beaucoup de rues centrales en Californie qui ont pour nom « Mission » (avec du hautbois en fond).

Souvent réduits en esclavage, et morts de malnutrition et de maladies, les indiens locaux ont été quasi décimés. La plupart des survivants ont été mélangés dans les populations colons.

L’invasion dans le coin était plutôt hispanique, puis mexicaine, avant de devenir anglo-saxonne après un paquet de guerres. Ce qui explique que beaucoup de gens là bas parlent espagnol (parfois pas du tout anglais), que les noms soient en espagnol, que tous les panneaux soient bilingues, les écoles etc.

On est au bord de l’océan : il fait chaud en journée, et on ne craint pas un pull lorsque le soleil se cache. Et il y a du vent. Froid ou chaud, selon où on se situe.

Antoine avait pas encore bien estimé les distances : grâce à notre première balade dans Santa Cruz pour voir un peu tous les endroits où nous allions passer l’année, nous avons pu constater que les échelles des cartes américaines sont un peu différentes. Cela dit, on a pu du coup découvrir le centre de recherche où il va travailler, qui est en bord de falaise, un coin magnifique.

La ligne de kayak 42 qui va jusqu’au labo de recherche.
Arches at Natural Bridges State Beach in Santa Cruz California.

Parce que c’est à côté de ça. Faut faire gaffe aux requins et aux feux rouges. Les américains aiment bien les stop aussi. En gros c’est derrière les maisons qu’on voit là :

Ici.

En plus ya des baleines pas loin. C’est moins pratique que le kayak, mais ça se tente.

En tout cas grâce à ce premier aperçu de la ville, on aura pu un peu voir les quartiers chouettes (la côte qui va du centre ville jusqu’au labo par exemple, très longue rue, mais qui est magnifique, avec un lagon au milieu), et les quartiers moins chouettes (avec des pauuuuuuvres ahhhhhh).

Le Lagoon. Avec 0 cascade

Ca c’est en plein de milieu de la ville. C’est au moment où on a trop cru qu’on était sur le bon chemin pour aller au labo à pied du centre-ville. C’est quand je croyais encore Antoine qui m’a dit « ça va c’est pas loin ». Depuis, on est plus méfiants des distances.

On a pu également aller se promener sur les hauts de SC. C’est assez raide pour y accéder, c’est là où on trouve les fours à chaux (oui, du coup on sait dire ça en anglais maintenant) et l’université. Il y a de la forêt, des collines, et des champs. On vous parlera un peu plus des champs et de l’université dans un autre épisode.

On a pas encore eu l’occasion d’aller camper dans les collines, mais ça se dessine 🙂

Le dernier indispensable à savoir sur SC : leur emblème est une limace. Oui.

 

La limace jaune, qui se trouve dans les sous-bois du coin, a été adoptée par les étudiants de l’université à ses débuts, en réponse à l’agressivité sportive de leurs adversaires (oui, hein). Participer, et le sport pour tous, est plus important que de gagner (c’est beau, vous m’en direz tant). Cette mascotte, au départ non officielle, a eu pour concurrent un lion de mer, mais la « banane limace » a tellement la classe qu’elle a été définitivement adoptée. On imagine la honte pour les autres clubs de se mesurer aux limaces jaunes de SC.

Pour comparaison, l’équipe de basket soutenue ici s’appelle « les warriors » (bon, elle a quand même des bras super musclés, et des bras tout courts, pour une limace).

Nous vous proposons donc pour terminer un petit reportage : https://www.youtube.com/watch?v=mHvCQSGanJg

1 Commentaire

  1. paP

    Hello,

    Toujours ce style d’écriture que je ne peux renier…
    Merci pour toutes les infos avec plein d’illustrations.
    J’imagine le temps nécessaire pour la composition…
    On surveille la suite des articles !

    Bises à tous 2

Laisser un commentaire