L’eau en Californie

On a été surpris par la contradiction dès notre arrivée : partout dans les toilettes, etc. on voit des petites pancartes « la Californie est en période de sécheresse, merci de faire attention » (en gros) et dans le même temps, des gens qui arrosent des pelouses verdoyantes.

Bien sûr ! #notall, et certain-es ont des devant de pelouse brûlés par le soleil et le manque d’eau (et des pelouses en plastique…).

De plus, on a été se promener dans le milieu de la Californie, où on a pu voir que la gestion de l’eau était une vraie problématique : pour nous, en voyant des choses vertes au milieu du désert, pour eux, ayant installé des systèmes de viaducs et détourné de l’eau partout.

On s’est franchement demandés comment les gens à l’époque ils avaient imaginé 5 minutes pouvoir s’installer dans ces coins là et faire pousser quoi que ce soit. En plus on est tombés sur l’équivalent de RMC Découverte, et justement, il y avait une famille en plein désert. Mais on vous fera un petit épisode sur les pionniers.

Qu’est-ce que ça veut dire que la Californie est en période de sécheresse ?

C’est assez facile : déjà qu’il pleut rarement dans le coin, depuis 10 ans (et 6 particulièrement), il pleut encore moins. D’ailleurs, nous n’avons pas vu une goutte de pluie depuis que nous sommes arrivés. Les changements climatiques, dixit le président, n’existent pas, et ne sont pas dus à l’activité humaine (on vous laisse aller voir que la NOAA, aka le bureau d’Antoine, a enlevé des mentions de ses travaux dans ce sens ici https://thinkprogress.org/noaa-erases-human-activity-from-emissions-release-1ed475d26bcc). Mais quand même, pas d’eau. Et cet hiver, ont eu lieu des tempêtes redoutables dans les montagnes. Il y a eu des chutes de neige record (2 mètres en 2 jours). Mais ça ne remplit pas les bassins et les nappes phréatiques, sèches comme une huître sèche.

Et qui dit sécheresse, dit aussi incendie (mais on vous fera un point exprès sur les feux).

Vous trouverez dans ce lien un petit reportage sur des solutions qui ont été proposées en Californie.

http://info.arte.tv/fr/usa-la-californie-tombe-sec

Pas d’eau, ça veut dire pas d’eau pour les cultures, et pour les gens. Si dans les villes les pouvoirs publics ont demandé à la population de « faire attention », c’est plus compliqué au niveau des lobbys de l’agriculture.

Pour vous faire une idée (moi ça me parle pas du tout pour les tailles) : « la majorité des productions agricoles de Californie est irriguée et totalise une superficie oscillant autour de 9 millions d’acres (environ 3,64 millions d’hectares). […] La production végétale compte près de 15% des récoltes en produit végétales des États-Unis ce qui la place au premier rang pour l’état produisant le plus de produit agricole végétaux (fruit, légume et grandes cultures). Cet état produit près de 400 produits différents en matière végétale. » (ici : http://geea-californie-2014.webnode.fr/news/economie-et-agriculture/ )

On a vu effectivement beaucoup de cultures un peu dans tous les sens, en se demandant ce que ça pouvait être : de l’ail, des avocats, des abricots, des amandes, des noix, des citrons, des pistaches, des grenades, des fraises, du vin, du cannabis, des tomates, du mais, du soja… Internet me dit qu’il y a également du brocolis et des épinards, mais je préfère pas en parler. Et de la salade, mais on a vu la salade ici, et je ne sais pas si elle en mérite l’appellation, la pauvrette.

Vous trouverez toute la production en détail dans le lien au dessus.

On s’est posé la question de savoir si ça consommait beaucoup d’eau ces trucs là ou pas.

Attention, je vais peut-être mettre des bêtises, je laisse les jardiniers et autres me corriger :

Les fraises (plus gros producteur des USA, les USA plus gros producteurs du monde) : composée à 90 % d’eau, elle a besoin entre 300 et 400 mm sous climat humide et entre 600 et 850 mm sous climat plus sec.

Les plantations de cannabis utilisent 4 fois moins d’eau que celle du vin : mais elles demandent environ 1/4 de leur volume en eau (ou plus de 20 000 L d’eau pour un plant sur l’ensemble de son cycle de vie) https://www.humboldtseeds.net/fr/blog/la-culture-du-cannabis-utilise-quatre-fois-moins-deau-lindustrie-du-vin-et-est-17-fois-plus-rentable/

Et pourtant on vous dit que les vaches qu’on a vue, elles avaient pas trop la forme (de bovin).

Toutes les choses qu’on a pu lire c’est donc « mais non on consomme PAS TANT d’eau que ça lol » . Mouais, bof. Et les pelouses et les champs qu’on vous voit arroser (même pas en douce) en pleine journée, on en parle ? Et les champs verts en plein milieu du désert, ça pousse qu’avec de l’eau on imagine. Nos contradicteurs imaginaires nous ont parlé d’OMG et de sélection de races qui demandent moins d’eau. Et puis, faut bien bouffer.

Mais les conséquences sont aussi sur l’emploi en direct : beaucoup de personnes ont perdu leur travail et se retrouvent à la rue. Le coin de Mendota / Reno est très pauvre.

Cela dit ils ont certainement pas internet les pauvres, sinon ils sauraient que la baisse des niveaux des rivières facilite le travail des chercheurs d’or. (ici http://www.dailymotion.com/video/x1qhrv7 )

Sans transition pour continuer sur le thème de l’eau, voici le MonoLake. C’est entre Bodie et les montagnes du Yosemite (prononcez Yossémitie). A l’origine plein, l’eau a approvisionné pendant longtemps la région de Los Angeles. On peut voir maintenant la trace de la baignoire (les marques d’eau passée), la marina inexistante, et également, une île, autrefois, accessible à pied pour les renards et autres coyotes, ravis de pouvoir aller se servir dans ce présentoir à œufs et oiseaux.

Bon, sur nos photos c’est pas hyper évident. Mais on voit de grosses traces blanches. En plus c’est un lac salé. Du coup c’est assez impressionnant d’arriver dessus. (par ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_Mono)

Comme ça par exemple si vous voyagez en avion.

(ça c’est une photo de Jeffrey Marlow‏  qui est un biologiste)

Et pour que vous ayez vraiment une idée, on en est là

Image issue d’ici https://watershed.ucdavis.edu/myths/native+ecosystems/ Dessus ils parlent encore du fait que l’écosystème est endommagé de manière irrémédiable. Mais cela reste flou que cela vienne de l’activité humaine (et pourtant…).

Nous avons aussi campé près du réservoir de San Luis dans le « Diablo Range ».

Il y ont construit il y a plusieurs décennies des viaducs sur un Delta. Ils voudraient d’ailleurs (ce « ils » est mystérieux, je vous l’accorde) relier San Joaquin (Saint Joachim) à Sacramento. La pompe souterraine existante a introduit de l’eau salée dans le Delta, provenant de la baie de San Francisco, détruisant l’écosystème.

Le pompage a également conduit à un affaissement de terrain visible, qui a d’ailleurs été pris en photo par satellite. On parle ici de 51 cm d’affaissement sur une superficie de 11 km². Et donc, d’une fragilisation de tous les bâtiments et constructions.

Un combat s’engage donc entre les défenseurs de l’environnement et les fermiers et consorts (vous voyez, on avance sur les « ils »).

En gros l’état veut mettre en place un water flix https://www.californiawaterfix.com/ c’est-à-dire prolonger les tuyaux, creuser des tunnels pour relier les différents systèmes en place.

Si les biologistes gouvernementaux (hello, les NOAA, le bureau d’Antoine toujours) ont assuré que ce serait sans risques supérieurs pour la population des poissons (notamment) et que même, ce serait un moyen de stabiliser la population de saumons, ce n’est pas l’avis d’autres défenseurs de l’environnement. Ces derniers ont proposé des alternatives comme par exemple : « et si on changeait la manière de consommer de l’eau dans l’agriculture ? », « et si on recyclait mieux l’eau dans les villes ? ».

Facile hein.

« Sources » complémentaires

Les opposants au projet des tunnels du Delta apportent des solutions alternatives

https://www.newsdeeply.com/water/articles/2017/07/14/opponents-of-californias-delta-tunnels-project-push-alternative-strategies

L’affaissement des terrains dus au pompage de l’eau en souterrain dans la région de San Joaquin http://sciencepost.fr/2017/03/laffaissement-de-vallee-de-san-joaquin-californie-satellite/

Observatoire de la Terre (Nasa) avec des photos satellite de l’affaissement terrestre https://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=89761&eocn=home&eoci=iotd_previous

La sécheresse et les mesures en Californie

http://ottolilienthal.over-blog.com/2015/04/secheresse-des-mesures-sans-precedent-pour-economiser-l-eau-en-californie.html

Données et autres informations scientifiques sur la Californie

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/articles-scientifiques/les-paradoxes-de-la-puissance-californienne

Qui sont donc ces deux personnes dans l’infographie présentée au dessus ?

http://www.courrierinternational.com/grand-format/infographie-le-couple-qui-consomme-plus-deau-que-tout-los-angeles

Le monolake par Mathilde http://www.maathiildee.com/mono-lake-la-mer-morte-de-la-californie/

Laisser un commentaire