« Comment ça va chez les amerlockes ? »

On nous demande souvent ce que ça fait, d’être au pays de Trump (en moins poli).

Concrètement, pas grand-chose, mais parce qu’on est en Californie.

Pour Antoine, cela implique surtout qu’il n’a pas le droit de parler de changement climatique et de l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Mais bon, c’est pas comme s’il le faisait avant.

La NOAA (le labo d’Antoine : National Oceanic and Atmospheric Administration, soit l’Administration Nationale des Océans et de l’Atmosphère, atmosphère) n’est pas la seule à avoir effacé des termes « problématiques » de leur site.

Des petit-es malin-es de l’EPA (Environmental Protection Agency) ont laissé en cache le site tel qu’il était sous la présidence Obama. Presqu’iels s’en vanteraient… si vous voulez comparer. En passant, l’actuel chef de l’EPA, Scott Pruitt, est connu pour (entre autres) avoir poursuivi en justice l’EPA. QUATORZE FOIS. Comme procureur général contre les actions de l’EPA. Concluez ce que vous voulez. Je vous pose juste quelques mots avec un lien : climatoseptique – industrie pétrolière

D’autres ont relevé qu’il n’y a plus de grand-e manitou-e à la tête de la NOAA. Avec un joli graphique pour mettre en avant le fait que Trump n’est pas un rapide, pour une fois, sur la nomination.

Certains hauts postes dans l’Administration demandent en effet une nomination avec le sceau du Sénat. A priori, à l’heure où cet article est publié (et donc 10 minutes avant que vous ne lisiez ces mots) il reste 475 candidat-es à trouver et placer pour… 554 postes clefs.

J’ai appris récemment à faire des pourcentages, ça fait, heu, presque 86 %.

Les USA ont appris également en août que le comité sur l’environnement qui publie tous les 4 ans les informations de guidance sur le sujet ne sera pas renouvelé. Parce que. En même temps, on se serait douté, ça fait des années que ce comité prétend que l’homme est responsable des désastres environnementaux, alors qu’on sait toutes-tous que c’est un coup des chinois-es.

Heureusement, les chinois-es, elleux, doutent que Trump soit un Humain

Bref, tout va bien…

Si vous voulez vous renseigner et améliorer drastiquement votre anglais, National Geographic a fait un petit sommaire « ce que Trump change pour la Science et l’Environnement« . Si vraiment c’est un peu tard pour l’anglais, le même en français approximatif (mais bon, mémé, si tu veux apprendre l’anglais, pas de triche !)

Pour Maryon, c’est surtout une déception. Je voulais profiter de mon temps libre pour militer un peu. A ma grande déception et sur les sujets qui me concernent et sur lesquels j’ai envie de m’engager (et où j’y connais vaguement quelque chose), les associations n’ont pas besoin d’aide, du moins pas ici à Santa Cruz.

Ah si. On nous a dit que le permis de travail était ralenti sous le gouvernement Trump. J’aime à croire que notre nom de famille va faire accélérer le processus, mais on y reviendra. Sous trois mois.

Il y a quelques weekends, nous sommes tombé-es inopinément sur une rue barrée qui accueille tout un tas de tentes et de barnum. Après s’être successivement dit « encore de la bouffe » et « encore un truc new age ». En fait c’était une manifestation anti-Trump.

On a pu discuter « logement » et prix avec les locaux-les, voler des fleurs de la liberté pour planter et arborer sur notre balcon, et aussi faire un tour sur le stand du Planning Familial qui nous a confirmé que la Californie et particulièrement le coin de Santa Cruz était peu en danger concernant le droit des personnes. Relativement.

Au passage, mon chapeau a gagné une extension, donc, je suis contente.

Pour en savoir plus sur ce que c’est ce « pussy hat« .

Les américain-es s’attendent quand même à ce que des choses se passent dans les prochaines années, d’autant plus dans le coin avec le proximité du Mexique, et la communauté hispanophone.

Et aussi on a vu passer des choses (et regardé la série très bien sur Arte Kim Kong) qui laissent penser que la Corée enverra d’abord ses missiles sur Los Angeles. On a encore un peu de marge, donc.

La morale, c’est qu’on est content-es quand même d’habiter dans le pays des libertés.

la liberté incarnée

En plus, nous avons internet, on voit tout ce qui se passe en France #todaytrumpinvestigation même le 14 juillet, on vous voit.

Laisser un commentaire