[Géopolitique] Yes California

Précédemment (ici) on a vu que la Californie, c’est un peu comme dans les Etats-Unis mais pas pareil. Aujourd’hui je vais poursuivre dans cette voie et vous parler de l’indépendance d’un état aux USA, et particulièrement de la Californie : le CALEXIT (ou Calfrexit ou encore Caleavefornia) (j’aime particulièrement le dernier).

Bon déjà, est-ce que c’est vraiment possible (en théorie), et est-ce que c’est déjà arrivé ?

En théorie, tout est toujours possible (ça fait pas avancer) mais la Constitution Etats-Uniennes ne le prévoit pas vraiment. Plus exactement, il n’existe pas d’article qui permet de faire « Sécession ». Tout-e un-e chacun-e est cela dit libre de lancer une Révolution et/ou réussir à se faire bannir par les autres états.

en toute quiétude pacifique évidemment 
 

En fait la Constitution dit même que c’est pas trop trop possible de partir : une fois qu’un état a signé pour rentrer dans l’Union, c’est pour toujours (et oui ya pas de démesure ici on avait prévenu).

Pour exemple la guerre de « Sécession » : considérée comme guerre civile, un état ne pouvant pas décider unilatéralement de fuir l’Union. Politiquement ça a donné des choses rigolotes quand à la fin l’Union a déclaré : « ah du coup au fait les bons au trésor que vous avez édités ne valent rien et sont illégaux« 

(mais les fans de Pawn Shop le savaient déjà)

Il faut donc avoir un amendement à la Constitution si on veut partir.

Mais pour ça faudrait que le Congress vote avec a minima 2/3 des voix et au moins 38 états d’accord. On pourrait se dire « ok du coup bah… amendement !« . Et j’ai envie de dire oui ! mais aussi que la Constitution n’a eu que 17 amendements depuis sa création, et que ça paraît un peu improbable qu’il y ait un vote pour émanciper un état (surtout sous Trump ? quoi que si ça pouvait arriver ça pourrait peut-être que sous Trump).

C’est donc pas gagné.

Alors pourquoi la Californie demande à ses citoyen-nes d’être indépendante ?

En vrai il y a déjà eu 200 propositions de sécession depuis 1850 (notamment pendant les mandats d’Obama, où le Texas -encore lui- avec Hawaï, la Louisiane, le Tennessee etc. ont fait une/des demande/s).

Yes California
Au fait c’est là le Tennessee

Pour la Californie, c’est aussi un enjeu politique et lié avec le mandat de Trump.

Il faut savoir que cet état, s’il était autonome, serait la 6ème puissance économique du monde. Juste devant… la France (7ème).

On est loin bien loin du Bourbonnais et/ou de la Bretagne libéré-es.

Par rapport aux ressources du Golden State, les activistes expliquent qu’il ne reçoit pas tellement de subventions en rapport aux contributions (taxes) qu’il apporte.

Mais en termes de contributions, on peut aussi parler d’un apport d’idées et de lois. Et de gens. La Californie, c’est pas mal de Mexicain-es (de manière légale ou non). C’est pas mal d’étrangèr-es de manière générale (coucou les gens de la Silicon Valley), même non limitrophes. Aussi c’est un des états les plus libéraux et avec beaucoup de proposition de lois « locales » anti armes à feu, pour l’égalité des droits et avec des propositions fortes contre les discriminations de genres et/ou d’orientation et/ou de race, etc. etc.

Cette année 2017, le secrétaire d’Etat de la Californie a déjà donné son accord pour faire un état indépendant. Mais pour récolter les 585 407 signatures, les militant-es n’ont que 6 mois.

Yes California

Le résultat, en juillet dernier, n’a pas donné lieu à l’indépendance manifestement.

Un nouveau plan a été mis en place, pour novembre 2020. Il est porté par un groupe s’appelant « Yes California« . Si jamais ça vous dit quelque chose, c’est parce que les nom, slogan et logo ont été piqués aux Écossais-es. Le mouvement est composé de 3000 personnes « militantes ».

Leur argumentation repose sur les faits ci-dessus, et également sur l’idée « qui ne tente rien n’a rien ». Aussi, un argument que j’ai beaucoup aimé : « aucun vote en Californie n’a jamais rien changé depuis 1876, nos votes ne servent donc à rien dans le pays, pourquoi ne pas partir ? « 

Cette action est tellement populaire que leur compte Twitter est passé de 650 à 15 000 personnes avec l’élection de Trump. [Twitter mémé, c’est, hum, un salon de coiffure virtuel]

L’idée est donc actuellement de lancer une demande de référendum pour l’indépendance en novembre 2020 pour avoir un référendum en mai 2021 (le 4 précisément).

 

 

Ces fourbes d’indépendantistes ont décidé de profiter d’un vide dans le système pour ne pas demander d’amendement de la Constitution directement, et de faire en sorte de n’avoir besoin « que » de 365 880 signatures.

Grâce à ces signatures le référendum pourra être mis en place avec la question suivante : « voulez-vous que la Californie soit un pays indépendant sous forme de République ?  » (quoi que cela puisse vouloir dire). Si les votes positifs sont les plus nombreux, les vieux hommes blancs qui font les lois seront obligés de considérer ce résultat au niveau du pays.

Mais on peut divaguer autant qu’on veut, si la plupart des personnes en Californie n’ont pas voté pour Trump l’an dernier, reste quand même 3.5 millions de gens qui elleux l’ont fait et s’en réclament (pour la plupart). Le « not my president » est surtout revendiqué dans les coins où nous on habite : c’est-à-dire pas le rural. Il y a beaucoup de coins en Californie où Trump est attendu, notamment dans les endroits reculés, isolés, racistes, sans emploi (on salue les mines de charbon).

Malin-es, certain-es des activistes ont donc proposé de séparer la Californie en plein de petits états autonomes (6).

 

Pour avoir lancé le sujet de l’indépendance au dessus d’un feu avec des américain-es et des chamallows grillés, l’idée bien que séduisante semble plutôt une utopie rigolote et provocante.

Notre hôte était inquiet de l’armée qui pourrait venir reconquérir la Californie. Et a ajouté bienveillant : « faudrait par contre ne pas oublier qui fait les films ici ! ça va moins rigoler si on arrête ! »

On est donc pas prêt-es pour une seconde Révolution pour se libérer de l’empire d’Occident.

La Californie, future nation libre où même les chiens surfent

2 commentaires

  1. Tonton JP

    Au lieu de penser à l’indépendance des uns et des autres, on ferait mieux de penser à se mettre tous ensemble pour protéger la planète, surtout vu de chez vous
    Sinon, nous on pense encore à l’aéroport de Notre Dame des Landes et le bout du tunnel n’est toujours pas visible
    Et, depuis le dernier week-end, les indépendantistes Corses ont été élus pour représenter leur région; nous aussi, on peut parler d’indépendance…mais nous, on protège la planète, tout en n’arrêtant pas les centrales nucléaires….
    Il faut encore réfléchir un peu

    • moustachette Auteur de l’article

      on peut presque considérer qu’ici la Californie veut se séparer pour penser mieux à la planète… En restant chez Trump, c’est pas facile. Je parle rapidement des mines : ici il y a plusieurs mines de charbon, qui votent Trump, et qui seraient ravies de tout saloper de nouveau pour avoir du travail et une vie décente… Du coup oui… réfléchir encore un tout petit peu 🙂

Laisser un commentaire