Instant jeu : Not alone

On a reçu dans notre courrier un joli paquet avec entre autre un jeu : Not Alone. Alors oui, si le titre est anglais, il s’agit tout de même d’un jeu en français, où il faut au moins savoir lire…

Not alone

L’histoire est facile : vous êtes (une personne ou une équipe) des explorateurices qui se pensent malin-es à aller visiter une planète qui a été rayée des registres, malgré sa bonne disposition (en apparence) à l’encontre des humain-es. Pas de bol, elle est en fait habitée par une créature de type plutôt inamicale. Heureusement, avant de vous faire traquer, vous avez eu le temps d’envoyer un signal de détresse à qui de droit (on dirait un scénario de Star Wars où les héro-ïnes n’en font qu’à leur tête).

On arrive donc à la situation suivante : les explorateurices qui attendent sagement les secours d’un côté, et la sympathique créature qui a décidé d’assimiler les nouvelleaux venu-es à son paysage habituel. Qui des deux groupes aura le dernier mot ? (tindin).

Not alone
A deux voilà environ à quoi c’est censé ressembler

 

Comme on comprend rien, j’ai encore utilisé Paint.

Not alone

 

Trop facile non ?

Le jeu se déroule en plusieurs phrases :

PHASE 1 :

Pour les explotrateurices, choisir avec précaution l’un des cartes « lieux » de leur main, de manière cachée. A un-e c’est difficile de se coordonner, mais si l’on est plus, on peut discuter et fomenter des plans. Sauf que la créature tapie dans la pénombre, entend tout. Chaque lieu a un effet différent. Notamment continuer d’explorer la planète c’est-à-dire les carte que l’on voit sagement attendre face visible à côté du plateau : 6 – 7 – 8 – 9 – 10

Not alone
Oui donc on commence seulement avec les lieux de 1 à 5

On remarquera côté humain-es des cubes rouge : c’est la volonté. Pendant cette phase on peut utiliser un pion de volonté pour regagner 2 cartes de la défausse (ou deux pions pour 4 cartes). Il y a également une carte bleue « survie » qui a différents effets selon ce qui est marqué dessus (vous voyez maintenant l’intérêt de savoir lire le français ou pas ? ).

PHASE 2 :

La créature (on l’appellera Antoine pour les exemples) utilise son odorat hors du commun et essaye de prédire où les explorateurices vont aller, pour les bouloter (et/ou les assimiler). Elle a à sa disposition des cartes (3) super méchantes qui peuvent changer le cours du jeu.

Antoine.

 

Et des pions pour poser sur les cartes lieux où elle croit que les explorateuristes vont s’aventurer (c’est bon tout le monde suit encore ? ).

« bon alors, où est-ce que je vais aller prendre mon petit déjeuner ? « 
Un pion qui ressemble vaguement à Antoine – Un pion cible – Un pion avengers

Phase 3 : 

Les explorateurices montrent les lieux qu’iels ont choisi en destination (finale). Si jamais les joueureuses ont choisi les cartes sur lesquelles la créature a posé un de ces pions, patratra (oui).

Le pion créature : l’explorateurice perd un cube rouge de volonté. la créature avance son pion violet du plateau vers l’assimilation totale des humain-es. La carte lieu n’a pas d’effet.

Le pion cible : joué par la créature uniquement en cas de carte méchante. L’effet est donc appliqué, plus les joueureuses peuvent utiliser le pouvoir du lieu ou reprendre une carte de leur défausse.

Le pion « A » : l’effet de la carte n’a pas lieu, l’explorateurice doit défausser une de ses cartes restantes.

Lors de cette phase, si jamais l’un-e des explorateurices perd son dernier pion rouge de « volonté », la créature avance encore son pion d’assimilation.

Chaque fois que quelqu’un-e n’a plus du tout de pion rouge, iels récupère toute sa défausse et ses pions, et la créature avance.

Phase 4 :

Les explorateuristes mettent leurs lieux dans une nouvelle pile personnelle à chacun-e « la défausse », visible par la créature. La créature complète sa main pour avoir de nouveau trois cartes. Le pion bleu « secours » avance d’un cran vers la planète…

ET ON RECOMMENCE !

Si le pion bleu atteint la fin avant le violet, c’est les humain-es qui gagnent. Sinon…

C’est donc un jeu asymétrique. Nous n’avons pu l’essayer qu’à deux pour le moment. Ce jeu est difficile et il y a une bonne part de bluff dedans. Et en plus trop pratique on peut l’emmener dans le sac à dos !

On vous en veut pas si vous avez rien retenu, toutes façons ya des petites aides de jeu

Laisser un commentaire