Viva Las Vegas

Les distances aux USA, c’est vraiment différent d’en France. Pas parce qu’on compte en miles, mais parce qu’il nous viendrait pas du tout à l’idée de faire des Paris-Marseille en voiture juste pour le weekend tous les weekends, alors qu’ici, CA VA c’est pas si loin (relativement, donc.).

On a donc pris notre courage à deux mains pour aller direction la ville de la perdition. De chez nous c’est super facile :

– on prend un bus d’une heure jusqu’à San José

– on attend le bus pour l’aéroport inutilement car bloqué par le match de hockey (GO SHARKS!)

– on prend le tram jusqu’à la navette de l’aéroport pendant 50 minutes

– on prend la navette

– on constate que l’avion a 20 minutes de retard, puis une heure, puis deux heures. On attend.

– on prend l’avion pendant 1h30 et voilà !

Dans l’autre sens, c’est presque aussi pratique :

– on rend la voiture de location vers l’aéroport

– on prend la navette direction aéroport

– on constate que notre avion à 20 minutes de retard, puis une demie heure, puis une puis deux heures…

– on se dit que le dernier bus pour Santa Cruz sera parti quand on arrivera à San José

– on commande un Uber

– on attend le dernier bus pendant 40 minutes sous la pluie

– on prend le bus pendant une heure jusqu’à la maison… et ouf, maintenant au dodo !

Tout ça pour dire qu’on est allé-es se perdre à Las Vegas.

 

Dans mon idée, c’était un mix entre Stephen King et la série des Ocean’s avec une pincée de Thibault en banane. Tous les films et romans autour de la ville peuvent expliquer pourquoi les locations de voiture sont si méfiants et le hôtels si précautionneux : sans doute n’ont-ils pas envie de retrouver leurs biens détruits et puants.

(alors moi j’ai jamais vu les films pour Stephen King je me base sur les descriptions, mais pour vous donner une idée, cliquez )

L’obsession d’Antoine était plutôt tournée vers les bandits manchots, et l’espoir de repartir plus riche que Crésus.

La richesse nous envahit

Juste en descendant de l’avion, on peut donc arriver au « Strip » littéralement une bande – zone où la plupart des casinos-hôtels ont élus domicile. Pas besoin de prendre son passeport pour voyager, on a qu’à traverser la rue.

NewYork

Paris

L’Italie

Ou l’Egypte

Il y a même une obélisque et une pyramide chatoyante. Si si.

Qui a dit qu’on ne pouvait pas trouver de vieilles pierres aux USA ? Il y a même des centres culturels médiévaux.

José le chevalier.

Au milieu de cette plainte gigantesque, on est ébloui-es par les lumières clignotantes du sphinx à la tour Trump. Nous on est allé-es jusqu’au centre-ville, où une rue piétonne (Fremont Street) recense également casinos et autres trous à sous. Ne vous attendez pas à pouvoir jouer la monnaie du pain, ici on parle billets et carte de crédit (tout se perd, on vous avait prévenu-es). Si on a pas tellement vu de SDF on a par contre vu un tas de gens fumer, boire, se vautrer… et être surveillé-es par les gentil-les salarié-es des casinos, prompt-es à venir demander comment ça va et si on veut pas dépenser encore un peu plus.

Des machines pour tous les goûts, sauf pour Antoine, aucune machine « Columbo »

Comme on nous avait dit « c’est sec » voire « l’eau est vraiment rare ici » on s’est fait un plaisir d’arriver sous la pluie (d’où les photos mouillées). Mais sinon en effet c’est très sec, un barrage pour le Nevada (la région) mais aussi la Californie et l’Arizonie, le « barrage Hoover » pas très loin de Las Vegas gère l’eau et produit l’électricité.

Le barrage vu d’en haut

C’est un barrage super touristique : plus d’un million de personnes y vont apparemment tous les ans (dont nous pour 2018). On peut distinguer encore une fois les fameuses traces « de baignoire » en blanches. Si cela vous intéresse je vous encourage à aller lire la page Wikipédia, sinon vous passerez à côté d’informations incroyables du type :

  • le barrage a été finit avec deux ans d’avance

  • c’était la première construction géante de béton du monde

  • le pont qui surplombe et sur lequel on est passé-es (et d’où vous voyez l’image) est un des plus hauts du monde, et en plus on peut y monter à pied (déconseillé aux vertigineuses-x) (le viaduc de Millau peut aller se rhabiller)

  • de manière générale dans le coin on a vraiment envie d’imaginer des structures secrètes gouvernementales, et bien, en voilà une, pas si secrète, et qui en a inspirée plus d’un-e

 

Vous nous demanderez quelle mouche nous a pris de quitter la ville du vice pour aller voir un barrage ? Et bien en fait on a pas fait exprès, c’était sur la route pour le Grand Canyon, mais ça ça sera pour un prochain épisode…

TEASING (ça veut dire qu’on vous titille dans l’espoir de susciter votre intérêt afin que vous veniez de nouveau sur notre site lire la suite. Tout ça dans un tout petit mot, oui.)

Laisser un commentaire