Naufrages et autres bateaux le long de nos côtes [épisode 2]

Dimanche soir dernier (ou presque, priorité au direct), Antoine reçoit un mail curieux, accompagné d’une photo de bateau.

Son « spot » où il va manger, seul face à l’immensité de l’océan, pour observer les LOUTRES et autres choses de la nature, avait été souillé par un gros navire échoué…

 

« la quête du Pacifique se finit sur les rochers » 

Pour celles et ceux qui ne suivraient pas, Antoine a son bureau juste à côté de l’eau, par là :

L’accident a eu lieu à la droite des « … » de « Seymour Marine Discovery Center Aquarium & … »

Problème : tous les hélicoptères sont indisponibles, trop occupés à survoler les feux de forêts en Californie (mais pas chez nous), et le bateau échoué a un réservoir plein, 5m3. Il faudrait donc réussir à pomper avant qu’il ne se brise en deux… Aussi, le brouillard local n’est pas en aide pour ce sauvetage… Et la marée monte…

Oups, entre l’échouage à 2 heures du matin et les tentatives du lundi matin, déjà 500 litres  de diesel ont coulé dans le sanctuaire marin (oui, alors, quand on vous dit que c’est pas baignable chez nous parce que c’est trop sale, c’est vrai, et c’est pas parce que c’est un sanctuaire marin).

Personne n’a été blessé pendant la durée de toute l’opération, ni le pêcheur ni son chien…

Un plan est dressé par les spécialistes et autres chercheureuses du coin (heureusement que le bateau ne s’est pas échoué devant une boulangerie), applicable dès 4 heures du matin : des camions, une grue de 48 tonnes, une excavatrice, un tracteur de 25 tonnes et 25 mètres de long pour le contrepoids, sont appelés à la rescousse. Tous les pavés environnants ont dû être déplacés.

Mais le temps de faire venir tout ça sur les petits chemins en terre, de faire descendre l’excavatrice, les secouristes manquent de temps, le bateau se brise et l’on craint ne pas pouvoir récupérer tous les débris à temps… Des responsables de l’environnement et du littoral sont en plein vent, frileux-se de voir les falaises et les petits buissons s’effondrer.

Aussi la NOAA est située ici et fait donc des contrôles de qualité d’eau, pollution etc. Elle est donc partie prenante dans l’opération pour suivre et voir l’impact sur les prochaines mesures.

A la fin de la journée du lundi, la majeure partie du pétrole a été pompée (2 des 3 réservoirs).

Au final, le navire a réussi à se garer ailleurs que sur la plage, ne laissant que des quelques débris cachés sous les algues environnantes.
Heureusement ou malheureusement, ça ne fera pas de squelette souvenir naufrage pour les générations futures, mais juste une histoire à raconter sur TODAY TRUMP FACT.

Laisser un commentaire