Notre palace californien, deuxième édition

Il y a un an et demi, nous vous présentions fièrement notre logement (pour celles et ceux qui ont loupé, c’est par ici).

Or nous ne savions pas encore que nous avions choisi un des pires quartiers de Santa Cruz.

Je ne parle pas du fait que c’est l’endroit parfait si vous voulez rencontrer des personnes louches (à part nous, des encore plus louches) ou prendre des bains (de foule). Mais plutôt du fait que nous vivions en face d’un parking bruyant, en dessous d’une voisine qui organisait des cours de claquettes et bowling la nuit, que nous ne pouvions pas ouvrir l’unique fenêtre sans risquer de plus pouvoir nous entendre respirer…

Fritz : qu’est-ce que c’était que ce bruit ? 

Antoine : t’inquiète pas c’était une plaque d’égout une voiture a dû rouler dessus

Nous avons donc il y a un mois, posé notre préavis, avec l’espoir de trouver quelque chose d’autre. Même pas mieux, juste, autre. Même si dans l’idée, ce serait nécessairement forcément mieux. Mais bon, everything can happen* in Santa Cruz, et on était pas à l’abri d’une surprise. (*tout peut arriver)

Nous avons donc regardé sur le bon coin local, CraigList, et pris des RDV pour visiter des choses : dans l’idée, on restait sur les mêmes prix, car il y a eu une augmentation des loyers depuis notre arrivée, et la rentrée scolaire-universitaire pousse les propriétaires à augmenter leurs loyers. On vous avait déjà un peu parlé de la crise du logement ici. 

Pour rappel, on payait $ 1500 / mois (1300 €) pour notre studio.

Après une visite ratée (« oups j’ai oublié de vous dire que c’est déjà loué en fait ») on s’est dit qu’on allait le faire à la mode américaine (et un peu parisienne) : envoyer des demandes dès que les offres étaient postées (ça tombe bien maryon a que ça à faire), prendre RDV pour visiter dans la foulée, et se décider en même temps qu’on visite.

Beaucoup de réponses (si tant est qu’il y en ait) sont négatives, car… nous sommes deux !

Il y a une crise du logement à Santa Cruz, beaucoup de personnes qui sont né-es et revenu-es dans leur ville natale nous ont dit que les dix dernières années avaient vu les prix grimper exponentiellement. Il n’y a pas vraiment de cité U pour les étudiant-es, et seul-es quelques premières années ont la possibilité d’être sur le campus. Des maisons Victoriennes à 9 ou 10 chambres ont été reconverties en « dortoirs » pouvant accueillir jusqu’à 4 personnes.

A 600-800 $ par personne…  oui on arrive à 25 000 $ pour une LOCATION MENSUELLE.

Il y a des offres explicites à ce sujet, d’autres… moins. Je ne sais pas ce qui est le plus choquant. Peut être quand même si on cherche avec le filtre « pas plus de 900 $ » et qu’on tombe sur des studios avec un astérisque  » *900$ si vous êtes trois, soit 2700 mensuels »… Le pire est donc que, ça trouve preneur-se ! Certain-es préfèrent rester dans leurs voitures, aménagées ou non, pour économiser ou s’épargner cette dépense monstrueuse.

Finalement on comprend mieux pourquoi nos voisin-es étaient 4 dans la même taille de logement que nous.

Le deuxième point négatif de notre dossier est qu’on a un VISA qui dure uniquement jusqu’à fin mars. Or ici, beaucoup de bailleur-ses proposent des « 1 year lease » c’est-à-dire des baux de un an. Et ce n’est pas comme en France, on ne peut pas partir quand on veut ! Par exemple, dans notre studio, le bail courait jusqu’à l’anniversaire d’un an de signature, soit mi juillet 2018. Si l’on voulait partir en mars, il aurait fallu payer QUAND MEME jusqu’à mi-juillet + une pénalité de 500 $ car « on doit vous trouver un-e remplaçant-e »…

Bref à force d’actualiser la liste du bon coin, on est tombé-es sur une annonce sans photos (on en était là) au même prix que notre actuel, pour une chambre avec douche. Ni une ni deux, maryon a demandé si c’était possible un couple et que 6 mois en mettant une photo hyper moche de nous et en disant qu’on était super sympas…

Le monsieur était mitigé par mail, maryon a tenté de le soudoyer avec des crêpes, il nous a proposé de passer, on a fait un chèque de 3000 $ ET VOILA TY PAS qu’il nous propose d’emménager la semaine suivante ! Clairement, on est des privilégié-es parce qu’on a du temps, qu’on fait gentil-les et avec plein de sous.

On a sorti nos calculettes (c’est-à-dire compter sur les doigts pour maryon et de tête pour Antoine le mathématicien) pour déterminer combien on payerait en double de loyer et on a tout vidé notre studio pour emménager dans notre nouvelle demeure !!!

Comme vous vous en rappelez bien, on est venu-es avec deux valises, mais on a accumulé quelque bazar au cour de notre séjour ; on a pu faire tourner les objets trouvés en les redonnant à la rue, dont la majeure partie a déjà trouvé nouvelleau propriétaire à l’heure où je vous parle (toujours avec du décalage horaire donc). La nouvelle chambre vient meublée, et on prévoit le coup en Hamon pour pas avoir à re tout remettre dans la rue d’ici 6 mois.

On vit dorénavant dans une vrai maison de Santa Cruz West Side dans le quartier chic avec Chris et ses deux ado à temps partiel… à dix minutes du travail d’Antoine !!

On a maintenant un pommier, un lit californian king (encore plus grand que le king), une ruche pédagogique en train d’être montée, une terrasse couverte avec un feu et des canapés, un citronnier, un bureau placard, plusieurs pièces (c’est pas qu’on était fatigué-es de se voir tout le temps, mais Fritz prend de la place), des fontaines, un jardin……… ON EST HAPPY !!

See by yourself (toi-même tu vois) :

Et si vous revenez la semaine prochaine, peut être on aura mis d’autres photos…

 

 

 

 

Laisser un commentaire