Le shutdown, qui est-il, qui sont ses complices ? Year two

L’année dernière on vous avait un peu parlé du Shutdown à cet endroit (pour les retardataires de nos articles d’il y a un an, on sait que vous êtes là, on vous a vu « ah bon vous avez un site je suis tombé-e dessus par hasard ».

Bref, c’est reparti pour notre deuxième année ici, et notre deuxième shutdown !

Pour résumer, il s’agit d’une interruption des paiements des agences fédérales (les structures fonctionnaires en somme) tant que le gouvernement ne s’est pas mis d’accord pour voter les budgets.

En impact direct, les personnes travaillant dans ces mêmes organes, puisque tant que c’est bloqué (on pourrait dire que « shutdown » se traduit par « blocus ») elles ne peuvent pas accéder à leurs bureaux et à leurs salaires…

Cette année a été particulière, puisqu’il s’agit du plus long shutdown dans l’histoire des USA (35 jours !!!)…

Dans la liste des structures touchées, les parcs nationaux, et la Noaa, centre qui abrite les bureaux d’Antoine.

Antoine s’est retrouvé à devoir travailler dans notre placard, froid et humide. Mais est-ce que ça vous intéresse vraiment plus que les parcs ?

Car on voudrait vous parler des parcs.

 (est-ce que cet oiseau n’a pas la même coupe de cheveux que Trump ? )

Quand on fait des visites et des randonnées, c’est souvent dans des parcs nationaux. Même les petits vers chez nous, ont des gardes champêtres fédéraux…

Les touristes, même s’iels viennent pour visiter LA, Las Vegas… viennent surtout pour des parcs comme la vallée de la mort, le grand canyon, Yellowstone…

Pour beaucoup, les entrées ont des petites guitounes avec un péage, plus particulièrement lorsque vous voulez camper ou vous garer, mais c’est également la plupart du temps obligatoire même si vous êtes à pied ou en vélo. Ce sont des « permit » ou « wilderness permit ». L’argent sert à entretenir le parc, et ses infrastructures.

Car dans tous ces lieux, on trouve a minima des toilettes, sèches, ou non, la guitoune de péage, un endroit pour les gardes-champêtres, des musées-points d’orientation, des voitures avec pleins de pistolets dedans…

 

Panneau censé empêcher les personnes d’entrer pendant le shutdown

Donc dès qu’il y a un shutdown, les personnes travaillant à un niveau fédéral ont le choix : aller travailler en ne sachant pas si et quand elles seront payées, et/ou ne pas aller pointer, pour trouver un autre emploi pour payer les factures

Mais ce n’est pas parce que les employé-es ne viennent pas bosser, que la populace ne vient pas dans les parcs, d’autant plus qu’il y a eu les congés de Noël… Vous connaissez les humains, toujours propres et agréables surtout que c’est « gratuit », avec un respect immodéré pour la Nature et l’Environnement.

Pendant ce shutdown, ça a notamment donné des personnes qui faisaient leurs besoins en dehors des endroits préconisés, qui déposaient leurs ordures, qui créaient des nouvelles pistes en moto car pourquoi pas, qui coupaient des arbres…

Oui oui, des gentes ont coupé des arbres centenaires dans des parcs… (enfin ceux qui avaient survécu aux feux)

 

Heureusement, des bénévoles (qu’iels soient employé-es ou non habituellement) ont essayé de réduire l’impact, avec difficultés ;

Alors que le shutdown est suspendu pendant trois semaines, plusieurs endroits des USA sont en train de faire le bilan des dégâts, pour certains parcs ont parle d’une réouverture impossible pour le moment et d’un montant en dollars qui dépasse les budgets classiques ; les arbres ne pourront être retrouvés que d’ici 200 / 300 ans…

Mais donc pas d’inquiétudes, puisque le shutdown est suspendu pour quelques semaines, le temps de passer un accord entre les démocrates et les républicain-es sur « combien on donne pour construire le mur que même le pape, c’est dire, a dit que c’était une mauvaise idée ? « …

Certain-es élu-es voudraient changer la donne et donner 0 sou pour plutôt partir vers des financements aidant les personnes sans logement (qui en ce moment, côté Est, ont des coups de froid jusqu’à -50 grâce à la tempête « Polar Vortex », ici en français) mais ça semble pas gagné…

Mur qui d’ailleurs, est depuis plusieurs années décrié par les scientifiques, expliquant que cela empêcherait certaines espèces de faire leur migration / réduirait leur territoires et ferait un impact sur la Flore (les bêtes ne portant pas que du poil), jusqu’à 93 espèces concernées  d’extinction ou en danger (ici un doc en anglais pour vous faire réviser un peu).

Heureusement que le changement climatique n’existe pas ici, et qu’on a des humains pour remplacer la destruction de l’environnement.

Et puis, eh, bonne nouvelle, Antoine a pu retourner à son bureau

Laisser un commentaire