Baleines regarder; le retour

Précédemment, on avait essayé d’aller explorer la vie marine dans la baie de Santa Cruz (de Monterey, en vrai). Bien évidemment vous aviez lu cet excellent article (ici, pour les retardataires).

Et bien on y est retourné-es, car, on a même pas peur ! Et aussi on voulait vraiment voir des baleines, et en plus, c’était gratuit.

On a donc vaillamment repris le bateau sous un soleil éclatant. Le navire, le SS Rainbow, file comme le vent, alors que maryon reste sur sa partie la plus stable. Premier arrêt à la sortie du port, pour regarder des Sea Lions (ils ont des oreilles, c’est comme ça qu’on les reconnaît) en train de bronzer OKLM (au calme, mémé).

En arrière plan de cette photo, sur la gauche, on peut voir chez nous, en zoomant comme dans les films.

Mais avec Antoine, on est pas intéressé-es par les Sea Lions ON VEUT VOIR DES BALEINES.

Sauf que c’est ça la nature sauvage, on a beau jeter des mousses dans l’eau, on est pas assuré-es de voir apparaître des créatures marines fantastiques.

Alors avec Antoine, nos jumelles, notre appareil photo, on va au devant du bastingage pour guetter les mammifères.

Un peu comme ça.

On voit alors des ailerons.

Ce sont des Mola-Mola, ou poisson lune (ou poisson soleil en anglais). On peut faire tenir plusieurs maryon dessus.

Comme ça un peu.

Antoine le vaillant continue de surveiller l’horizon. Car même si les Mola-Mola sont assez stylées, on est là POUR LES BALEINES.

ET TOUT D’UN COUP, il crie : whale whale whale!

(mais si, regardez, on voit un truc)

Il est le premier à repérer les baleines : elles crachent et sont belles. Elles chillent, comme on dit. Ce sont des baleines à bosse. Le bateau reste à distance respectable car mémé avait envoyé un mail au capitaine pour pas qu’on s’approche trop.

(voir cette histoire ici)

Il tourne autour des bancs de poissons et on voit d’autres baleines, mais elles étaient pas dans l’option « faire des sauts ». Donc on a pas vu autre chose que des jolis dos de baleines.

A ce moment là, Antoine & maryon sont toujours au devant du bateau, et là, c’est le drame. Vous vous souvenez qu’on a dit que maryon elle était un peu malade en transports ? ET BIEN.

S’en suit une scène de film de fin du monde où le bateau rebondit sur les vagues tel un phoque qui joue avec une orque. Antoine fait des sauts de cabri, maryon roule plus loin vers l’arrière du bateau en criant « Tant pis pour les baleines !! ».

Le capitaine voit tout et décide de rejoindre une mer plus calme pour apaiser les cœurs et les estomacs. Une inconnue offre alors un petit cachet à maryon qui semble bien mal en point.

Mais heureusement, plus près de la côte et sans remous, on vogue pour voir des requins !!!

Il est à gauche
Regardez comme ça à l’air sympa cette petite bête

Elle fait environ deux maryon de longueur.

Juste après on a revu une baleine qui s’était perdue vers la côte et qui se la coulait douce.

Bref c’était HYPER BIEN.

Laisser un commentaire